Salariés testés positifs ou cas contact : rappel des durées d’isolement

Alors que la direction générale de la santé a annoncé que les personnes testées positives au Covid-19 devraient désormais s’isoler 10 jours, il est raisonnable d’anticiper les conséquences de cet allongement sur l’organisation du travail, en imaginant, par exemple, une mise en place immédiate du télétravail à 100%.



10 jours d'isolement pour les personnes contaminées, 7 jours pour les cas contact


En effet, en cas de contamination sans symptômes, le salarié ne sera pas forcément en incapacité physique de travailler. Si son activité professionnelle peut s’exercer en télétravail, il sera alors possible de recourir à ce type d’organisation pendant les 10 jours d’isolement. Evidemment, si le salarié contaminé présente des symptômes l’empêchant de travailler, il pourra bénéficier d’un arrêt de travail le temps de sa convalescence.


En cas de contamination parmi les effectifs, certains collègues pourraient être identifiés soit :

- comme cas contact,

- comme contact direct en face à face à moins d’un mètre

- comme partageant un espace confiné (bureau, salle de réunion) pendant au moins 15 minutes consécutives.


Si un salarié est identifié cas contact, il doit également se placer en isolement en attendant son test. Durant cet isolement, et si le télétravail n’est pas possible, le salarié peut demander à bénéficier d’un arrêt de travail de 7 jours durant lequel il peut bénéficier du maintien de salaire.


Si le salarié identifié cas contact est testé négatif, il pourra interrompre son isolement. Une nuance est cependant à faire si la personne malade vit avec le salarié : dans ce cas, l’isolement ne prendra fin que sept jours après la guérison de son proche si le test alors réalisé est négatif (soit un isolement d’au moins 17 jours).


Lire aussi
Pas encore de mots-clés.
Dernières actus
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now