Jeunes de moins de 26 ans : les conditions de l’aide à l’embauche

Dans le cadre du plan jeunes présenté par le Gouvernement le 23 juillet dernier, une aide à l’embauche est entrée en vigueur en août. Cette aide est ouverte à toute entreprise embauchant un jeune de moins de 26 ans entre le 1er août 2020 et le 31 janvier 2021.


Cette aide est ouverte pour toute embauche d’un jeune en CDI ou en CDD d’au moins 3 mois.

Une limite de rémunération, fixée à 2 fois le SMIC horaire, conditionne le bénéfice de cette aide. Hormis cette condition de rémunération maximale, l’aide sera consentie si l’entreprise est à jour de ses obligations déclaratives et de ses paiements auprès de l’administration fiscale et des organismes sociaux (URSSAF ou MSA) ou si elle respecte son plan d’apurement si elle a dû souscrire à ce type d’aménagement. En revanche, l’aide ne pourra être demandée pour un poste sur lequel l’entreprise a procédé à un licenciement économique après le 1er janvier 2020.

Si ces conditions sont respectées, l’employeur pourra bénéficier de l’aide en adressant une demande à l’agence de service et de paiement dans les 4 mois suivant l’embauche via un téléservice dédié qui sera accessible à compter du 1er octobre prochain.

Si cette aide peut aller jusqu’à 4 000 € pour une embauche en CDI, cette somme n’est pas versée en une fois en début de contrat mais par fraction de 1000 euros par trimestre de présence du salarié. Concrètement, il sera nécessaire d’effectuer une déclaration chaque trimestre auprès de l’agence de service et de paiement pour justifier de la présence du salarié et ainsi bénéficier du versement. En absence de déclaration ou à défaut d’apporter les justificatifs nécessaires l’aide pourra être suspendue à tout moment.


#aide #embauche

Lire aussi
Pas encore de mots-clés.
Dernières actus
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now