top of page

Intégrer la prévention de l’éco-anxiété à son document unique d’évaluation des risques professionnels

[Info RH] Intégrer la prévention de l’éco-anxiété à son document unique d’évaluation des risques professionnels (duerp)


Selon une étude réalisée par le Conseil économique, social et environnemental (CESE) publiée l’an dernier, « 70 % des salariés considèrent que le dérèglement climatique et plus généralement la dégradation de l’environnement peut affecter la santé des salariés. »


Les salariés observent cette affectation de la santé au travail à travers la dégradation des conditions de travail, l’augmentation des risques d’accidents, la nécessité d’adapter l’organisation du travail et les horaires.

Ces changements relatifs aux conditions de travail, peuvent aussi avoir des effets majeurs sur la santé des salariés avec un accroissement du stress, de l’anxiété ou encore de la fatigue mentale et physique.


On aurait tendance à penser que cela concerne les personnes qui sont confrontées aux risques environnementaux dans leur travail ou qui travaillent dans des secteurs avec un impact direct sur l’environnement.

Mais l’éco-anxiété peut aussi conduire certaines personnes à une perte de sens dans leur poste qui peut aller jusqu'à la démission.


C'est un enjeu fondamental aujourd'hui.

Pourtant, il est encore rare de voir l’éco-anxiété intégrée à la politique de prévention des risques professionnels.


Intégrer l’éco-anxiété dans son DUERP permet de reconnaître ce risque et ainsi de proposer des mesures de prévention, qu’il s’agisse de formation, de ressources, d’encourager les pratiques écologiques, de développer le dialogue social ou encore de lancer une réflexion sur l’organisation du travail.


Envie de reconnaître l’éco-anxiété en l’intégrant au DUERP de votre organisation et en travaillant aux mesures pouvant être mise en place pour la reconnaître et la limiter ? On peut en parler ensemble !




Comments


Lire aussi
Pas encore de mots-clés.
bottom of page