top of page

Et si on parlait de la mobilité des salariés en 2023 ?

Les coups de pouce sur les tarifs des carburants à la pompe ont pris fin. Le coût des déplacements prend donc une place encore plus importante dans le budget des ménages.


Pourtant des solutions existent pour limiter les coûts des trajets domicile-travail. Certains dispositifs déjà mis en place par l’Etat sont améliorés pour 2023 et des dispositifs nouveaux ont vu le jour. Tour d’horizon des outils à disposition des entreprises (et des salariés) pour alléger le coût des déplacements :


L’indemnité carburant pour les plus modestes

L’Etat a prévu que les foyers les plus modestes puissent bénéficier d’une indemnité carburant de 100 euros : cette indemnité est réservée aux foyers fiscaux dont le revenu fiscal annuel de référence par part est inférieur à 14 700 € (à titre indicatif, cela correspond, pour une personne seule, à une salaire mensuel net de 1314€). Les démarches pour en bénéficier sont à réaliser directement sur le site impôts.gouv.fr.


L’aide aux abonnements aux transports publics

La prise en charge obligatoire de 50% du coût des abonnements aux transports publics est maintenue. Pour 2023 (comme pour 2022), les entreprises qui le souhaitent pourront même aller jusqu’à rembourser 75% du coût de l’abonnement.


Le forfait mobilités durables

A ce dispositif obligatoire, s’ajoute le forfait mobilités durables. Ce dispositif est strictement volontaire et permet aux employeurs qui le souhaitent d’attribuer une indemnité exonérée de cotisations à leurs salariés qui utilisent des modes de transport dits « à mobilité douce » pour leurs trajets domicile-travail. Le plafond d’exonération du forfait mobilité durable est relevé à 700 euros.



Mais ces dispositifs, plutôt réservés aux urbains, ne sont pas les seuls dispositifs mis en place pour inciter à limiter les déplacements en voiture individuelle.


L’incitation financière au covoiturage

Ainsi, l’Etat propose une incitation au covoiturage de 100 euros pour toute personne qui s’inscrirait pour la première fois en tant que conducteur sur les plateformes de covoiturage. La somme serait versée en deux temps : 25 euros à la suite du premier covoiturage et 75 euros à l’issue du dixième covoiturage (qui doit avoir lieu dans les trois mois suivant le premier trajet).

Pour ce dispositif, aucune obligation de covoiturer entre salariés de la même entreprise ou même sur la totalité du trajet ; il peut même se combiner avec la prise en charge d’une partie des frais de carburant via le forfait mobilité durable (ce forfait permet effectivement de prendre en charge les frais de carburant de véhicules utilisés pour le covoiturage dans la limite de 400 euros par an).


Envie de réfléchir aux outils que votre entreprise peut mettre en place pour proposer à vos salariés des alternatives à la voiture individuelle ? N’hésitez pas à me contacter : helene.raza@hr-conseils.fr

Comments


Lire aussi
Pas encore de mots-clés.
bottom of page