Comment proposer à ses salariés des alternatives à la voiture individuelle ?

Les difficultés de déplacement et d’approvisionnement sont dans toutes les têtes des travailleurs utilisant encore leur véhicule individuel pour venir au travail ces derniers jours.




En tant qu’employeurs, vous pouvez être source de propositions pour les aider à trouver des alternatives à cette habitude, adaptées à la situation géographique de l'entreprise.


Voici quelques idées :

Inciter à prendre les transports en commun dans les aires urbaines desservies


Dans les aires urbaines desservies par les transports en commun, l’actuelle pénurie peut être l’occasion de tester les transports en commun. L’entreprise peut proposer un remboursement intégral des titres de transports sur une ou plusieurs journées par exemple. Pour un changement d’habitude plus profond, il peut également être bon de rappeler aux salariés qu’une prise en charge partielle du coût de l’abonnement aux transports publics est obligatoire (cette prise en charge est d’au moins 50% ; elle peut, depuis la loi de finances rectificative du 16 août 2022, aller jusqu’à 75% sans générer de charges sociales supplémentaires pour l’entreprise). Enfin, pour les entreprises dont l’activité le permet, un aménagement d’horaires en cohérence avec les horaires des transports en commun peut également être proposé pour lever les freins liées aux contraintes de l’utilisation de ces transports collectifs.


Favoriser les regroupements et le covoiturage


Pour les lieux de travail isolés ou éloignés des aires urbaines, l’idéal est de favoriser les regroupements : passer de une personne à deux par voiture divise par deux le nombre de véhicules … et donc les coûts liés au déplacement ! Le forfait mobilité, qui permet une prise en charge par l’employeur des frais de transports personnels, peut être alloué dans le cadre d’un covoiturage, tant au conducteur qu’au passager et peut aller jusqu’à 800 euros par an. Ce dispositif reste facultatif pour l’entreprise mais, s’il est mis en place, il n’est pas soumis à charges sociales.

Pour favoriser ces mises en place, il peut être intéressant de rendre visibles les itinéraires de chaque collaborateur (avec leur accord, évidemment) pour mettre en lumière les itinéraires identiques par exemple. Cette mise en commun peut d’ailleurs également être organisée de manière transversales, avec d’autres entreprises de la même zone d’activité par exemple, pour étendre les probabilités de concordances.


Remettre en place une part de télétravail


Enfin, pour répondre à la situation d’urgence et éviter des temps de déplacements devenus interminables par les passages nécessaires aux pompes, il est également possible de recourir, partiellement ou totalement, au télétravail pour les professions qui le permettent. Les habitudes d’organisation ont été prises lors de la pandémie, il peut être bon de capitaliser sur ces organisations pour autoriser à nouveau un télétravail, au moins le temps que la situation se détende.


Idéalement, ces solutions répondant à des impératifs conjoncturels doivent être mises en place de manière pérenne. Pour un changement profond, la mise en place de tels dispositifs doit être progressive pour être converties en nouvelles habitudes de déplacement. Les employeurs ont un rôle fondamental à jouer dans la transition des comportements de déplacement pour limiter progressivement le recours à la voiture individuelle dans toutes les hypothèses qui peuvent le permettre, en mettant en avant tous les modes de déplacement alternatifs et en identifiant la voiture individuelle comme étant le mode de transport à utiliser uniquement si aucune autre solution ne peut être trouvée.

Lire aussi
Pas encore de mots-clés.